CiviKey évolue encore un peu

Comme je vous le disais il y a pile un mois (ou un peu plus), une version 2.6.0 de CiviKey est dans les cartons pour la nouvelle année.

Et bien une nouvelle release de la distribution Alpha est disponible (la 2.6.1). Cette release apporte des corrections de bugs dans différents plugins, et surtout de nouvelles fonctionnalités !

Une aide intégrée, facile à utiliser, et bientôt facile à éditer.

 

Un éditeur de clavier beaucoup plus puissant.

Il permet maintenant de créer, modifier, supprimer des touches, des zones, ainsi que leurs layouts etc etc etc. Bref vous pouvez (presque) tout faire avec !

 

 

Niveau stabilité, il reste un peu de chemin à faire afin de corriger les derniers bugs qui peuvent survenir lors de l'utilisation des nouveaux plugins. Cependant le plus dur est fait, il reste maintenant à passer les derniers coups de polish et nous serons près d'ici 2013 pour vous livrer une nouvelle version !

On vous tient au courant :)

Comme la dernière fois, n'hésitez pas à lire le code sur GitHub ou à nous suivre sur Twitter ou Facebook

Quelle disposition utiliser pour un clavier visuel ?

Le développement de CiviKey avançant il est temps de se poser la question de la disposition des touches. Historiquement l’interface a toujours suivi les dispositions des claviers physiques : un clavier Azerty et un clavier Qwerty comportant toutes les touches d’un clavier normal, avec pavé numérique et touches de fonctions.

Pourtant ce n’est pas forcément la solution la plus ergonomique, aussi bien pour un utilisateur valide que pour un utilisateur handicapé. Heureusement de nombreuses personnes se sont posés la question avant nous, comme Maxime Baas, Yohan Guerrier et Christophe Kolski qui ont publié deux articles traitant de la question, intitulés « Etude comparative entre clavier virtuel de type AZERTY et K-Hermès, destinés à des utilisateurs souffrant d’une Infirmité Motrice Cérébrale » et « Système de saisie de texte visant à réduire l’effort des utilisateurs à handicap moteur ». Le premier étant une comparaison entre deux claviers, un AZERTY (Clavicom NG) et le clavier K-Hermès dont les touches possèdent trois lettres et sont disposées en fonction des probabilités avec les lettres suivantes (par exemple dans la langue française le ‘q’ est souvent suivi du ‘u’, donc la touche contenant ‘u’ sera proche de la touche contenant ‘q’). Le second étant une recherche de disposition idéale visant à réduire l’effort aussi bien physique que psychique des utilisateurs du clavier.

Nous avons donc essayé de tirer de ces articles une définition du « clavier idéal », voici les points qu’il doit respecter :

  • Le nombre de touches du clavier doit être minimum.
  • Les touches retour et espaces étant les touches les plus utilisées sur un clavier, elles doivent être très facilement et rapidement accessibles, voire même multiples.
  • La prédiction de mot / de lettre, doit être intégré au clavier nativement et ne doit pas être une surcouche complexe à utiliser. Elle doit faire partie du comportement normal du clavier.
  • La disposition des touches ne doit pas forcement être calculée en fonction des touches les plus probables mais doit plutôt pouvoir être mémorisée très facilement. (Limiter le nombre de touches participe à ce point.)
  • Toujours dans l’optique de réduire le nombre de touches, il faut utiliser toutes les possibilités des périphériques d’entrée afin de supprimer les touches de changement de mode : le clic gauche peut envoyer une lettre en minuscule tandis que le clic droit envoi une majuscule, d’autre modes peuvent être activés par un clic long gauche et droit par exemple.
  • La grille n’est pas la meilleure solution : dans une grille, chaque touche est entourée au maximum de quatre autre touches… un placement en quinconce permet d’entourer chaque touche de six touches au maximum.

Voici donc la nouvelle disposition, disposée en tenant compte des points cités ci-dessus :

Cette disposition est évidemment amenée à évoluer mais elle représente le standard de ce que doit être un clavier visuel qui doit être plus facile à utiliser qu’une reproduction directe d’un clavier physique.